L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

avril 04, 2015

La réflexion politico-philosophique de Frédéric Lefebvre

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

 Est-ce que son passage aux US, lui ouvre un peu plus l'esprit à ce déroutant parfois Frédéric Lefebvre ? Allez savoir, intéressant à le lire tout de même.


Le moment est venu de balayer les vieilles politiques

Bravo aux électeurs de la droite et du centre: c'est votre victoire. Jamais victoire n'aura autant appartenu aux électeurs plutôt qu'aux politiques. Alors que l'opposition oublie si souvent l'essentiel: nos compatriotes.
Alors que la majorité a adopté la même posture. Les citoyens ont pris leur avenir en main. Bien loin de l'UMPS. Bien loin du FNPS. Ces acronymes n'y changeront rien.
Les Français n'acceptent plus les consignes de la part de ceux-là mêmes dont ils doutent de la sincérité.
Je suis un homme de droite. Comme tant de Français, je m'interroge sur ma famille politique, l'UMP... Cette famille qui avait su additionner les Gaullistes dont je me sens, comme tant d'autres, dépositaire et donc redevable d'une partie de la flamme, avec les centristes et les libéraux. 

Qu'avons- nous fait de notre identité? Que sont devenues nos valeurs? Quel est notre ADN?
Je salue bien entendu l'unité UMP/UDI/MODEM que j'appelle de mes voeux depuis des mois et que l'UMP d'aujourd'hui, loin de celle qui se déchirait devant les caméras il y à encore quelques temps, a su orchestrer avec dynamisme. L'unité doit maintenant dépasser la simple alliance électorale pour épouser sincèrement la stratégie d'élaboration d'un nouvel espoir.
Si je considère les extrêmes, je me refuse à les nourrir. Elles sont le miroir de nos insuffisances. Elles soulignent notre abandon de ceux qui souffrent. 

C'est par les Français que nous devons être obsédés. Pas par notre propre devenir.
Les Français se détournent inexorablement de la politique. Pour une raison: la politique leur tourne le dos. Elle a abandonné les Français. Trop occupée qu'elle est à ses petits calculs internes, à la distribution des prébendes, aux primaires, à 2017, aux courants, aux écuries, aux congrès, aux statuts, aux noms des partis, aux alliances, au rassemblement (non pas des Français mais des politiques eux-mêmes), aux "leurres" électoralistes destinés à sauver les meubles.

Cette vieille politique est définitivement morte le 29 mars. Pourtant. Elle ne le sait toujours pas.

L'opposition se glorifie des 25 départements gagnés en oubliant elle-même que 50% des Français ne sont pas venus voter, que plus d'1,1 million de Français ont voté blanc (un record!) et que la majorité de ceux qui se sont déplacés, l'a fait par devoir, au delà des personnalités des uns et des autres, ou par instinct de survie pour prendre son avenir en main.

L'UMP, avec 20 sièges de conseillers départementaux de plus que le PS, 915 contre 896, ce dernier n'ayant pas su faire l'unité, devrait faire preuve d'humilité, d'autant que la comparaison en nombre de voix confirme cette équilibre. 

Pire c'est à qui revendique le plus la paternité du succès. 

Ils sont 85% a ne pas avoir apprécié cette campagne. Comme je les comprends. Ils doivent être tout autant à s'indigner de cette indécente compétition dans l'appropriation de la victoire.

Ils sont pourtant plus nombreux qu'escompté à avoir choisi de voter pour sortir de la fatalité même si le vote blanc doit relativiser cette observation. Allons nous enfin comprendre leur message ou poursuive dans l'égocentrisme exacerbé? 

Au lieu de proposer des solutions aux problèmes des Français, nous avons proposé aux Français de régler nos propres problèmes.
L'agitation du carton rouge, battue et rebattue, que j'avais moi-même brandi, sans être pour autant innovant, comme porte-parole de l'UMP en 2009, après le PS en 2004, avant que le FN ne le reprenne à son compte en 2012, l'UMP aux européennes de 2014 et là en 2015. 

Est-ce franchement de la modernité? Cette recherche de la facilité, qui infantilise l'électeur, est datée. Tout comme la "militarisation" de notre langage qui privilégie le combat frontal au débat moderne.
Pourquoi ne pas avoir proposé une alternative crédible, un contrat de gouvernance départementale autour de 5 actions fortes à engager en 6 mois:

-Un contrat de relance des investissements dans les départements
-Une baisse drastique de la dépense de fonctionnement et du nombre de fonctionnaires territoriaux
-La délégation de services publics, l'usager devenant un client à qui on rend des comptes, accompagnée d'une baisse des impôts
-Une réorganisation du système d'attribution des prestations sociales, avec à la fois une efficacité et un contrôle renforcé pour mieux protéger les plus fragiles
-Un plan coordonné entre les départements en faveur du développement de l'emploi dans les secteurs des services et de l'innovation
Un plan nous permettant d'agir sans attendre 2017. Pour améliorer en urgence la situation des Français au lieu de ne parier que sur l'échec de la politique menée en France.
Il est encore temps.
Avec quatre verbes-clés, nous devons nous tourner vers les Français et agir.

- ENTENDRE
- RESPECTER
- PROTÉGER
- et ACCORDER

Car nous devons ENTENDRE le sentiment d'abandon des Français et leur attente d'une offre nouvelle. Au lieu de feindre d'être les grands vainqueurs d'une épreuve dont l'issue nous a échappée.

Car nous devons RESPECTER la diversité sociale, religieuse ou laïque, sociétale de nos compatriotes. Au lieu de les remonter les uns contre les autres.

Car nous devons PROTÉGER des citoyens qui se sentent atteints dans leur dignité, leur identité et leur devenir. Au lieu d'instrumentaliser leurs souffrances.

Car nous devons ACCORDER plutôt que diviser des Français qui n'ont plus d'espoir et cherchent légitimement les responsables de leur horizon obscurci. Au lieu de définir une politique d'espoir, l'opposition a misé sur le rejet des autres. La politique ne doit pas être un jeu : A qui perd gagne.

A force de vider le stade de la France de ses électeurs, la droite et la gauche, entourées d'une nuée de caméras, gagnent alternativement depuis des décennies, par anti-jeux et mauvais coups, au désespoir du public en fuite... Il faut ré intéresser les 50% qui ne sont pas venus voter et tous ceux qui ont voté uniquement par devoir ou par énergie vitale. C'est à dire, au bas mot, 80% des Français.
Pour laisser sur place les extrêmes, il suffit de ramener dans le stade de la France les gens raisonnables, qu'ils soient de droite ou de gauche, ceux qui espèrent le changement à travers un nouveau projet.
Le Rassemblement n'a de sens que s'il est accordé à l'Ouverture... Il ne doit pas simplement s'agir de rassembler son camp mais de rassembler les Français.
L'attitude politique doit muter.
Avec sincérité.
Avec modernité.
A la recherche d'une entente.

C'est autour de ces trois mots que nous devons bâtir une nouvelle attitude politique pour la France.

Soyons de plus en plus nombreux à être sincères.

J'étais le seul député de l'UMP à voter le pacte de responsabilité il y à un an, nous étions 12 de l'opposition à avoir décidé de voter la loi Macron. Une vingtaine de plus avaient décidé de s'abstenir. Par sincérité. Pouvions-nous voter contre un texte dont nous partagions l'essentiel même si nous regrettions qu'il n'aille pas plus loin, dont nous mesurions, si minces soient ils, les effets bénéfiques pour la croissance dont il était porteur?
Nous sommes en 2015!
Soyons de plus en plus nombreux à être modernes.
La mondialisation est un fait. Ce peut être une chance si nous savons faire évoluer la France.
En s'appuyant sur nos forces, nos racines, notre identité, nos savoir-faire, notre talent d'innovation, la France a un magnifique avenir mondial. Si nous ne coupons pas nos racines, 1000 bourgeons tricolores peuvent éclore chaque jour dans ce monde en mouvement.
Notre jeunesse doit être encouragée à partir à la conquête du monde.

Soyons de plus en plus nombreux à chercher une entente, à nous accorder.

Un accord des gens raisonnables. C'est-à-dire des sincères et des modernes de droite et de gauche, justement, pour l'amour de notre patrie plutôt que de nos partis. Un accord de ceux qui, sur les sujets prioritaires pour les Français, sont prêts à s'additionner plutôt qu'à se diviser.
Un accord des hommes et des femmes qui agissent en partant de la réalité, au lieu de divertir les Français en les détournant de l'essentiel.
Pourquoi, à la différence de l'Assemblée Nationale et du Sénat, le parlement européen vote-t-il 79% des textes, droite et gauche confondues? Un rapporteur est nommé sur un texte et il rencontre les 7 groupes pour trouver l'accord le plus large...
Si le congrès de ma formation politique, le 30 mai prochain, passe à coté de cet enjeu et se contente de s'auto-glorifier ce sera une preuve de cécité démocratique. Si le congrès du PS début juin ne prend pas la dimension de ce défi, il tournera, lui aussi, le dos à l'attente de nos compatriotes.

Si je mobilise toute mon énergie dans cette nouvelle attitude politique c'est que j'ai la certitude qu'elle est la seule à pouvoir sortir la France de la spirale de l'échec. J'invite à la Renaissance de la politique française.
Plus encore après une victoire qui ne peut durablement masquer le désamour profond des Français. Mais qui n'appartient qu'à ceux qui ont décidé de prendre leur avenir en main.
Au lieu de nous auto-ausculter, de nous auto-congratuler et de nous affronter, tournons-nous simplement vers les Français...

Ces Français à qui je veux dire:

Levons nous...
Votons en masse!
Obligeons les partis politiques à s'intéresser aux Français et pas simplement à ceux d'entre eux qui sont les plus engagés.
Forgeons de nouveaux-horizons...
Redressons nous. Résistons ensemble.
Le moment est venu de briser les chaînes idéologiques,
Le moment est venu de forcer les barrages partisans,
Le moment est venu de balayer la vieilles politiques.
Nous sommes en 2015.
Unissons nos forces
Militons pour la France
Agissons pour les Français, avec les Français.
Soyons les Français...



Député UMP des Français d'Amerique du nord, ancien ministre









Frédéric Lefebvre, un manifeste pour dépasser les clans

Autour d'un manifeste intitulé "Modernes. Pour les Français", Frédéric Lefebvre (UMP) dit en avoir assez des "clans, des écuries, des courants".
Député UMP (des Français de l'étranger), Frédéric Lefebvre vient de prendre l'initiative, autour d'un manifeste intitulé "Modernes. Pour les Français", avec l'aide notamment du centriste Maurice Leroy et du radical Yves Jégo, d'un regroupement de députés UMP et UDI qui disent en avoir assez des "clans, des écuries, des courants". Ils sont déjà plus de vingt, décidés à se réunir régulièrement. Leur nom de baptême : "La pléiade des modernistes". Loin des "joutes stériles", Lefebvre et ses alliés veulent, disent-ils, "additionner les forces" de l'opposition, et se réclament du..."bon sens paysan"!

Modernes. Pour les Français
Péril en la demeure
Une politique moderne se doit de se tourner vers les Français.
Un parlement moderne se doit de légiférer pour le peuple.
Un parti moderne se doit de s'ouvrir aux citoyens.
Alors que l'Europe est de plus en plus présente et contraignante.
Alors que la mondialisation, pleine d'opportunités, doit nous amener à évoluer.
Alors que la démocratie et ses procédures ont besoin d'être actualisées, numérisées, modernisées.

Le temps des Français n'a plus rien à voir avec le temps politique.

Alors que nos regards sont collectivement braqués sur 2017, celui de nos compatriotes est fixé sur la fin du mois.

Alors que nos débats sont largement occupés par des joutes stériles, nos compatriotes attendent que nous additionnions nos forces.

Alors que nos partis sont dans la tactique, nos compatriotes espèrent du concret allié à une vision.

Nous choisissons la sincérité politique plutôt que le calcul politicien.

Nous dépassons les clans, les écuries, les courants, en restant attachés à nos familles politiques respectives.

Nous entendons contribuer à faire naître une opposition UMP/UDI qui recherche l'unité et la sincérité en créant une "pléiade" des modernistes qui se réunira régulièrement pour faire avancer cette nouvelle attitude politique.

Imaginons. Inventons. Innovons.
Résolument actuel, nous appelons tous les modernistes à se dévêtir des oripeaux idéologiques, à abandonner les réflexes pavloviens, à retrouver le bon sens paysan, pour faire le choix des Français.
En toutes circonstances.

La liste des premiers signataires :
Frédéric Lefebvre, Député UMP et ancien ministre
Puis par ordre alphabétique
Yves Censi, Député UMP
Jacques Gautier, Sénateur UMP
Guy Geoffroy, Député UMP
Arlette Grosskost, Députée UMP
Meyer Habib, Député UDI
Patrick Hetzel, Député UMP
Francis Hillmeyer, Député UDI
Yves Jego, Député UDI et ancien ministre
Patrick Labaune, Député UMP
Thierry Lazaro, Député UMP
Maurice Leroy, Député UDI et ancien ministre
Franck Marlin, Député UMP
Damien Meslot, Député UMP
Alain Moyne-Bressand, Député UMP
Bérangère Poletti, Députée UMP
Arnaud Richard, Député UDI
Fernand Siré, Député UMP
Eric Straumann, Député UMP
François Vannson, Député UMP
Marie Jo Zimmerman, Députée UMP

 

14 commentaires:

Jose Dubois a dit…

Pures émotions que de se sentir "abandonné". Personne n'a abandonné personne. Certains ont crû que de donner leur pouvoir à d'autres individus en votant génèrerait une attention paternelle (ou maternelle, c'est selon) de la part de ces derniers. Ce sont eux qui se sentent trompés et qui sont tristes, mais c'est aussi ceux qui nous ont entrainés dans leur utopisme par la force. Je ne verserai pas une larme pour eux.

Patrick Dam a dit…

"On a un Etat qui à colonisé la france et la pille sans vergogne..." Charles Gave

Laurent Crouzet a dit…

Citation inhabituellement lucide... mais n'est-ce pas qu'une posture, qui sera vite oubliée dès que le mouton aura rejoint le troupeau ?

François de Durand a dit…

Il se détourne d'elle ou la rejette parce qu'ils voient qu'elle nous mène dans le mur?

Jean-David Guitard a dit…

J'ai eu 18 ans en 1991, et depuis j'ai toujours voté pour un candidat ou une liste à TOUTES les élections jusqu'en 2012. Depuis je m'abstiens.

Martin Claude a dit…

évidemment que les Français se détournent de la politique: ont a subit la D puis la G depuis trop longtemps ,toujours les promesses électorales pour flatter les électeurs et a l'arrivée rien ne change!que leurs profits,messieurs les libertaires il est venu je pense d'agir!!

Gidmoz Gdm a dit…

@Martin Claude "messieurs les libertaires il est venu je pense d'agir!!"

Gidmoz Gdm a dit…

Les libertaires? Non, les libertariens plutôt!

Alain Genestine a dit…

enfin une réaction lol

Alain Genestine a dit…

Bien que les "libertariens" ne s'intéressent aucunement au pouvoir, à la politique, sinon d'en être anti-politique. La "Panarchie" certes, serait une solution...

Anonyme a dit…

Je trouve remarquable que ce Lefebvre n'ait pas un seul instant remis en cause le pipage des dés démocratiques avec lesquells ils nous font jouer. Il s'en satisfait donc, et ne s'étonne pas plus que ça que ses commensaux et l'autre table se partagent la soupe en ignorant les deux tiers de ceux qui voudraient peut-être manger. Il est vrai que ceux-là n'ont manifestement pas faim, ou qu'ils se satisfont déjà de ce que les convives leur donnent de leurs restes, tant ils savent que cette gratification est une aubaine. Vive Solon, le cens, les devoirs du citoyen et le tirage au sort

Gidmoz Gdm a dit…

Le libertarien a trois choix politiques: L'exil, qui est le moins coûteux pour tous, le plus enrichissant pour lui-même. L'action politique au sein d'un mouvement dont la probabilité d'efficacité est voisine de zéro, et le gaspillage de son temps quasi certain. Et enfin une révolte armée qui ne punirait que des innocents ou des crédules, en offrant des prétextes pour former un Etat encore plus liberticide.

Jose Dubois a dit…

Pour ces raisons, j'ai choisi l'exil, tout en expliquant à ceux qui dorment toujours que de donner son pouvoir en votant est ce qui nous a conduit à ce niveau de déchéance et de décivilisation.

Christiane Chavane a dit…

Pas d'accord, elle n'a pas abandonné les Français... Elle pense tous les jours à la façon dont elle peut les asservir et les voler.